Spectacle

N'attrape pas froid

(ma grand-mère) création 2014

+ Ecriture, images, scénographie et mise en scène Nicolas Heredia + Interprétation Frédérique Dufour, Nicolas Heredia + Construction et régie Gaël Rigaud + Création sonore Jérôme Hoffmann + Création lumières Catherine Noden + Collaboration artistique Marion Coutarel + Collaboration technique Antoine Cally, Clément Potié, Vivien Sabot + Co-production et accompagnement : Domaine d'O (domaine départemental d'art et de culture à Montpellier) / Communauté de communes Lodévois & Larzac / Scènes croisées de Lozère (scène conventionnée écritures d'aujourd'hui) / Théâtre du Périscope, Nîmes / La Bulle bleue, Montpellier / Avec l'aide du Conseil Général de l'Hérault (conventionnement), de la Région Languedoc-Roussillon (aide à la création), et le soutien de Réseau en Scène Languedoc-Roussillon (dans le cadre du collectif En Jeux).


Fabrication d’un spectacle / par Nicolas Heredia

L’idée du spectacle est née des messages que laisse ma grand-mère sur mon répondeur, plusieurs fois par jour. Il sont très drôles, indéniablement, et je rigolais tout seul - en même temps que j'étais traversé par de multiples questions. J’ai commencé à collecter ces messages en pensant qu’il y avait là matière à un projet qui partirait de ces “morceaux de réel“ pour aller vers une perception intime et sensible de cette question de société qu’est la vieillesse.
Mon propos n’est donc pas de raconter la vie de ma grand-mère, son histoire personnelle - encore moins ses souvenirs. Ce qui m’interpelle, c’est ce qu’est ma grand-mère aujourd’hui.

Je l’ai ensuite filmée régulièrement, pendant plusieurs mois, et le spectacle commence par ces images : un prologue d’environ sept minutes, une “première peau filmique” pour le personnage.

Puis l’actrice, au plateau, prend le relais. Dès-lors, nous serons en permanence entre le documentaire et l’imaginaire. C’est un jeu : d’abord, imaginer les instants où ma grand-mère est seule chez elle - précisément ce que je ne pouvais pas filmer, évidemment, et que j’ai donc eu envie d’inventer. Plonger le spectateur dans un état de perception sensible au “presque rien” où mille détails se jouent pourtant, et dessinent une figure familière à tous.
Puis mes visites rythment le spectacle, au plus près du réel (ou du jeu avec la réalité) : cela ressemblerait presque à un numéro de duettistes comiques, mais ce sont nos gestes, nos paroles un peu absurdes, nos habitudes et nos agitations, qui en valent d'autres.
Au-delà, ma présence agit comme un miroir : quel regard sur ceux qui vieillissent ? Quelles questions, quelles peurs, quelles émotions cela peut susciter chez celui qui est témoin ?

L’écriture composite de cette création devait, à mon sens, ressembler à une esquisse : tracer des contours, ne pas colorier toute l’image, pour laisser de la place au regard et à l’imaginaire du spectateur.



Ce spectacle a notamment été accueilli à :
Domaine d'O, Montpellier (saison d'hiver du Printemps des Comédiens) / Saisons du Lodévois et Larzac / Théâtre Le Périscope, Nîmes / Scènes Croisées de Lozère (scène conventionnée écritures contemporaines) / La Piscine, Dunkerque / FOL 66 / Pézenas, Théâtre historique / Théâtre de Pierres, Fouzilhon / Festival Aparté(s), La Bulle bleue, Montpellier / Alenya...
+ AUTRES DATES A VENIR

-