spectacle

L'Origine du monde

(46x55) création 2018

Une aventure potentielle proposée, conçue et interprétée par Nicolas Heredia + Construction et régie Gaël Rigaud + Collaboration, observation Marion Coutarel + Coproduction La Baignoire - lieu des écritures contemporaines à Montpellier + Théâtre Le Périscope, Nîmes + Résurgence, saison des arts vivants en lodévois et Larzac + Soutiens Ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Occitanie + Région Occitanie (compagnie conventionnée) + Ville de Montpellier + Carré d'art - musée d'art contemporain de Nîmes.


« Le mercredi 28 janvier 2015, je passe par hasard devant une brocante.
Mon regard se pose sur une toile peinte. C’est L’Origine du monde.
C’est une copie d’assez mauvaise facture, un peu abîmée, posée sur le pavé entre une roue de vélo et un lot de petites cuillères en argent.
Je me dis que pour quelques euros, j’aimerais bien qu’elle rejoigne ma collection d’objets divers et variés qui attendent patiemment leur heure pour figurer dans un prochain spectacle.»

Les dimensions de la toile de Courbet , L’Origine du monde, sont de 46x55 cm.
Les dimensions de la copie trouvée sur une brocante sont aussi de 46x55 cm.
Je ne connais pas le prix de la toile originale.
La copie coûtait 200 euros.

Cette reproduction est aujourd'hui :
- l'heureux point de départ d’un empilement précaire de questions plus ou moins pragmatiques, ou philosophiques, ou économiques, ou poétiques, sur la valeur potentielle des choses, sur la valeur potentielle de l’argent, sur la valeur potentielle de l’aventure (et peut-être sur la valeur de l’art potentiel).
- l'occasion de passer ensemble un moment potentiellement convivial et palpitant, quelque part entre la conférence, le jeu d'argent, l'histoire dont vous êtes le héros et la réunion Tupperware.
- le prétexte, sonnant et trébuchant, à un nombre (x) de soirées au très fort potentiel.



+ + + + + + Prochaines représentations : voir la page calendrier + + + + + +
+++

+++